Acheter au Québec




 A-B-C-D-E-F-G-H-I-J-K-L-M-N-O-P-Q-R-S-T-U-V-W-X-Y-Z-123... 



Gabriel Knight 1 : Les pêchés des Ancêtres
Année: 1993 (en France 1995)
Développeur: Sierra Entertainment
Éditeur: Sierra Entertainment
Site officiel: oui
Support: pc-cd
Version: Française
Jeu: Souris point & clic
Particularité: Abandonware - Téléchargement gratuit

1er volet de la saga, Gabriel Knight détective doit enquêter sur une série de meurtres voudous! plus l'enquète avance, plus Gaby est impliqué et en danger, un mystérieux oncle d'Allemagne lui parle d'un talisman et de Schattenjager? Comme pour la série, une histoire et un scénario en béton, très profond avec une touche d'humour, prenant un plus haut point, à partir de la moitié du jeu qui est très long, impossible d'arrêter de jouer! Des énigmes de bons niveaux, il faut réfléchir par 2 fois pour réussir certaines actions. Une énigme en particulier est pratiquement impossible sans soluce ou aide, ce qui m'a énervé quelque peu, mais ça ne gâche le plaisir énorme que procure ce jeu, pour ma part j'ai eu recourt plusieurs fois à de l'aide, tellement certaines actions sont difficiles, mais logiques.
Interface qui demande du temps à maitriser, on se demande parfois quel icone se servir pour faire une action Le jeu est vieux, on y voit des pixels, que dis-je d'énormes pixels qui demande de la pratique pour voir qu'on doit prendre un objet par exemple, le truc que j'ai trouvé c'est que c'est plus en couleurs ou en évidence que le reste. La fin est très bonne je trouve et les derniers moments intenses. Il y a beaucoup d'intéraction avec les personnages du jeu et il est aidé par Grace qui l'aide à sa librairie durant ses vacances et son ami le policier Mosely. Une saga qui mérite largement d'être fait (3 à ce jour) et fait honneur aux jeux d'aventure.
Note globale : 9/10
Manu2000

Encore un vieux jeu, mais ne l'enterrez pas trop vite! D'accord, le dessin est frustre, mais les dialogues sont vivants et contemporains. OK, les objets à manipuler ou à étudier sont si petits qu'il est facile de passer à côté, mais le pointeur est là pour vous aider. Mais vraiment le scénario est excellent, l'histoire est palpitante, les énigmes à la hauteur, les personnages attachants. Dès les premières minutes, vous êtes accroché, et vous ne vous ennuierez pas durant les 7 jours que dure cette enquête sur le milieu vaudou, entre la Nouvelle Orléans, l'Allemagne et l'Afrique. Un jeu qui continue à mériter sa réputation.
Note globale : 8.5/10
Grelot04

Gabriel Knight, jeune journaliste et écrivain, intrigué par une série de meurtres à consonance vaudoue, décide de mener une enquête parallèle à celle de la police, qu'il trouve à juste titre superficielle. Notre play-boy gossbo (beau gosse) découvrira lors de ses recherches ses véritables origines : il est le descendant des Schattenjäger (chasseurs d'ombre), venus d'Allemagne et qui combattent les forces du Mal de génération en génération. Vous serez aidé dans vos recherches par votre ami le policier Mosely, représentant typique du beauf (type quelquonque) américain et par votre secrétaire d'origine nippone Grace Nakimura, amoureuse de Gabriel même si elle s'en défend vigoureusement. A noter que contrairement aux 2 épisodes suivants, celle-ci ne joue qu'un rôle mineur dans votre aventure. Voilà pour ce qui est de l'histoire. Pour la réalisation, les graphismes et l'interface sont épouvantables dû à l'ancienneté du jeu, il faut s'accrocher au début pour accomplir les actions souhaitées. Le scénario est bon, comme toujours grâce à la scénariste Jane Jensen, mais il ne m'a pas autant pris aux tripes que les 2 épisodes suivants (pourtant, il y a du gore dans celui-ci !), sans doute justement à cause de la réalisation et de la jouabilité. Le niveau de jeu est relativement difficile. Mais enfin, étant donné qu'il est disponible gratuitement sur les sites d'abandonwares, vous auriez tort de vous en priver entre 2 jeux.
Note globale : 15/20
jppkeyser

Gabriel Knight 1 présente d’emblée deux aspects positifs : le premier, mercantile mais non négligeable : il ne coûte rien puisqu’il est en téléchargement libre. Le second, eh bien disons-le tout net : c’est un excellent jeu. Bien sûr, il présente quelques défauts : Grace, qui parfois dans les sous-titres se prénomme Lucy n’est qu’une ébauche, une potiche, une caricature de personnage féminin jalouse et possessive. Et puis, j’en conviens ce jeu date par son graphisme. En dehors de cela, Gabriel Knight 1 est un véritable jeu d’aventure, excessivement prenant avec un scénario suffisamment puissant pour vous faire oublier ce graphisme désuet. Les concepteurs le donnent comme difficile : et c’est vrai, c’est un jeu difficile. Les actions sont logiques ; le choix des répliques et les objets plus que dissimulés dans le décor permettent seuls de progresser. Gabriel Knight 1 est plus qu’une esquisse de ce que la série deviendra : c’est véritablement son premier volet, à ne manquer sous aucun prétexte. On aimerait des rééditions avec un traitement d’image moderne de ces jeux incontournables de la ludothèque de l’amateur. A conseiller sans restriction.
Note globale : 9/10
Reardon

Malgre des graphismes "anciens", et en l'absence des dialogues vocaux, ce jeu de 1993 est un jeu d'aventure passionnant, dote d'une intrigue tres bien construite et qui n'a pas pris une ride avec le temps. Les personnages sont attachants et la musique est tres sympa. Globalement, les enigmes sont faisables a part une ou deux qui sont extremement difficiles a mon avis. L'ensemble represente a mon sens un modele du genre jeu d'aventure-enquete, avec les Chevaliers de Baphomet (le 1 surtout).
Note globale : 18/20
Yves





Gabriel Knight 2 : The Beast Within
Année: 1995
Développeur: Sierra Entertainment
Éditeur: Sierra Entertainment
Site officiel: oui
Support: pc/mac
Version: Française
Jeu: Souris point & clic
Particularité:

Gabriel Knight, écrivain, est devenu shattenjager - le sauveur - d'une région allemande (cf « Gabriel Knight » le premier épisode) Au cours d'une nuit très sombre, alors qu'il est dans le château de ses ancêtres en Forêt Noire, Gabriel Knight, reçoit la visite de villageois qui lui demandent aide et assistance. Une fillette a été enlevée et on a vu une énorme bête qui ressemblait à un loup, roder dans les parages. Dans le jeu, où vous incarnez tour à tour Gabriel Knight et Grace sa secrétaire, vous vous lancez sur les traces de cette bête fantastique. Une histoire passionnante basée sur des faits réels et mystérieux. Du point de vue graphisme, rien à redire, les personnages sont numérisés en vidéo et insérés dans des décors photographiés. Les scénes vidéo sont de très bonne qualité. L'interface et la navigation sont simples : une flèche pour le déplacement, une main pour saisir les objets. Avec un peu raisonnement, beaucoup d'observation et d'intuition, les énigmes sont facilement réalisables. J'ai apprécié tous les rebondissements de l'histoire de la simple enquête sur le loup à la découverte du loup-garou. J'ai pris plaisir à visiter Munich et ses environs (château, musées, église et même l'opéra avec la merveilleuse musique de Wagner) J'ai adoré ce jeu à suspens et je le refais volontiers.
Note globale : 10/10
Isys

Où l'on retrouve Gabriel, devenu par héritage schattenjager ("chasseur d'ombres"), et Grace, sa secrétaire et amie. Cette fois-ci la réalisation est moderne : les personnages filmés donnent du réalisme à l'histoire, et pour une fille, Gabriel est même assez craquant (n'est-ce pas Grace?). Tout se déroule en Bavière, dans des décors photographiques, ce qui vous donne l'occasion de visiter un tas de lieux et de monuments. Le scénario est aussi bon que celui du n°1 de la série, les dialogues tiennent toujours la route avec leurs petites pointes d'humour, les personnages ont pris de l'ampleur, et la musique inspirée de Wagner colle au jeu dont le suspense vous tiendra en haleine jusqu'à la fin. Pour un jeu d'aventure, c'est vraiment un magnifique, super, extra jeu d'aventure!
Note globale : 9/10
Grelot04

Histoire : Vous êtes Gabriel Knight, un Schattenjägger. Mais qu'est-ce qu'un Schattenjägger ? Un Chasseur d'Ombres ! Voilà qui en dit long sur le jeu. (Pour de plus amples informations : consultez le premier volet des Gabriel Knight). Pour cette aventure, vous partez à la recherche d'une bête "ressemblant à un loup, mais beaucoup plus grosse" qui aurait enlevé et affreusement mutilé plusieurs jeunes enfants. Vous incarnez aussi la secrétaire de Gabriel : Grace Nakimura, qui ne sera pas de trop pour élucider les mystères qui planent autour de ces mystérieuses disparitions. Elle vous aidera à remonter jusqu'à la trace de Louis II de Bavière, qui aurait eu un certain rapport avec… les loups-garous ! Interface : Les décors sont mirifiques (le Musée de Neuschwanstein, le Shloss Ritter, l'Opéra de Wagner, l'Eglise, le Musée Wagner…) et les personnages vidéo ajoutent encore plus de réalisme au jeu. Il est bien sûr impossible de ne pas citer la merveilleuse musique de Wagner qui vous accompagne lors de son opéra perdu. Conclusion : Bref, un jeu que je classe parmi les meilleurs jeux d'aventure jamais réalisés !
Note globale : 10/10
Jupiterry

Ce deuxième volet des aventures du bellâtre détective et scribouillard Gabriel Knight se passe exclusivement en Allemagne, en Bavière pour être précis. Vous êtes à la poursuite d'un loup meurtrier, le tout sur fond d'opéras wagnériens et de réminiscences historiques du temps du roi Louis II (seconde moitié du 19 ème siècle). Vous êtes assisté dans vos recherches par votre assistante frustrée sexuellement Grace Nakimura, qui tente de prouver qu'elle n'est pas un boulet. Cela donne une alternance particulièrement riche entre enquête d' "action" (Gabriel) et investigations bibliothécaires (Grace). Vous évoluez avec des personnages réels incrustés dans des décors photos numérisés (effet un peu vieillot aujourd'hui) et aussi dans de longues séquences vidéo du plus bel effet avec des acteurs dont la plupart ont fait les beaux jours de l'inspecteur Derrick. La bande son est fidèle à l'atmosphère changeante du jeu, tantôt légère, tantôt crispante et angoissante. L'interface est classique et sans problèmes. L'enquête est passionnante et très crédible, à moins d'être un cartésien de la pire espèce. La difficulté du jeu est très bien dosée, les énigmes demandent réflexion mais sont loin d'être insurmontables. Vous en viendrez à bout en une trentaine d'heures et la fin est à la hauteur. J'ai kiffé à donf ! De la balle !
Note globale : 18/20
jppkeyser

C'est un super polar! Ambiance réaliste et fantastique à la fois (enquête sur meurtres par des loups-garous en Allemagne). Le joueur incarne 2 personnages (Gabriel Knight et son assistante) à la psychologie très différente. Les personnages en vidéo sont incrustés sur des décors réalistes. Alternance de séquences filmées et de phases interactives. L'interface est très bien faite (jouabilité 9/10). On apprend des choses sur l'Allemagne du 19°, on visite des musées et des châteaux tout en progressant dans l'enquête. La musique de Wagner (un des éléments de l'intrigue!) vous accompagne. Super!! Enigmes parfois un peu tarabiscotées mais toujours logiques! Précipitez vous c'est du tout bon!
Note globale : 6/10
Bénédicte

Je viens de le finir, et vraiment, ça vallait le coup d'y jouer: à notre époque, ça peut parettre ringar mais l'enquète est captivante, une fois qu'on est dedant: vous ferez, au 5eme CD on est vraiment dedant Voilà, un bon vieus jeu.
Note globale : 7.5/10
Oriane

Je crois que c'est mon jeu préféré, pour vous dire je l'ai fini déjà 3 fois! L'ambiance et les musiques sont géniales, l'acteur principal (et surtout le mec qui le double en français) est trop marrant, le scénario est très bien fait et à moins d'être bloqué on ne peut pas s'arrêter avant d'avoir fini le jeu. Dommage qu'on ne fasse plus de jeux de ce genre, en tout cas dans le style à mon avis c'est le meilleur devant Phantasmagoria (plus dans le style horreur mais très flippant). Ne le loupez sous aucun prétexte, c'est un jeu captivant et également parfois drôle.
Note globale : 9.5/10
Xavier





Gabriel Knight 3 : Énigme en pays Cathare
Année: 1999
Développeur: Sierra Entertainment
Éditeur: Sierra Entertainment
Site officiel: oui
Support: pc-cd
Version: Française
Jeu: Souris point & clic
Particularité:

Je suis un grand fan de jeux d'aventure (espèce en voie de disparition ?) et je dois avouer avec honte que je ne connaissais pas la saga des Gabriel Knight. J'ai acheté il y a peu le 3 en prix budget (99 F) et je viens de le finir. Voici mon avis : J'aime beaucoup le système du jeu par tranches horaires (cela me rappelle Croisière pour un cadavre il y a près de 10 ans) et l'ambiance culturelle propre aux jeux Cryo. Le scénario est béton quoique très compliqué (on s'y perd un peu dans tous ces ordres mystiques différents et on finit par les confondre). On voit tout de même que le jeu date de près de 2 ans (au niveau des graphismes notamment). Certaines énigmes sont très compliquées sans la solution (ex : le coup du bonbon avec Mosely pour le passeport), j'avais capté qu'il aimait les bonbons mais j'avais pas pensé à en mettre un sur la table du couloir, ou alors le pentagramme à réaliser chez Montreaux avec les lasers. Des temps de chargements assez longs et de nombreux bugs (sur Sidney et chez Larry Sinclair). Malgré ces quelques défauts, j'ai adoré.
Note globale : 17/20
jppkeyser

Je connaissais déjà Gabriel Knight par le 2e opus de la série (The Best Within( et je n'ai pas été déçue par celui-là. Cette fois-ci, Gabriel évolue dans le pays Cathare à la recherche du bébé de Sir James qui a été enlevé. Les énigmes ne sont pas trop difficiles et relativement logiques, je suis même arrivée à en résoudre toute seule : ce qui est une référence, vous pouvez me croire ! Ce n'est pas le graphisme qui m'a le plus convaincue : on passe parfois à travers les personnages et les décors ne valent pas la référence du domaine qui est Myst ou ses suivants, mais on se laisse rapidement prendre au jeu et immerger dans l'enquête, ce qui fait qu'on oublie vite ces défauts. La durée de vie est très longue et j'ai passé plusieurs semaines à Rennes-le-Chateau, je ne m'y suis jamais ennuyée car une des principales qualités des Gabriel Knight est l'humour permanent qui émaille les répliques des personnages. Alors pour finir, n'hésitez pas, c'est un très bon titre et je lui donne 8/10.
Note globale : 8/10
Farrah

Wouaww la CLASSE !!!!! Quel beau jeu. J'en sort ! Pour une fois que la fin est à la hauteur !!! Ah oui, si vous ne connaissez pas GK2 c'est pas facile d'imaginer… Alors voilà. GK3 est un super polar en 3D, oui oui tout en 3D. Vous êtes alternativement Gabriel, chasseur d'ombre (en gros il a qq pouvoirs qui lui permettent de lutter contre les créatures maléfiques, les loups garous dans GK2, les vampires ici) ou Grace son assistante, une femme futée plutôt portée sur l'analyse des données. Munis de votre kit à empreintes digitales, de votre ordi connecté sur Internet, de votre GSM et d'une bonne dose d'astuce vous allez enquêter sur la disparition d'un enfant dans la petite ville touristique (et française !) de Rennes le château dans le Sud Ouest. Vous découvrirez que cet enfant n'est pas n'importe qui et qu'il existe un lien entre ce moufflet, les vampires et le trésor de Rennes le château qui paraît-il fit la fortune de son curé l'abbé Sommière. Malheureusement, un groupe de touristes enquête aussi sur le trésor mais se sont des suspects en puissance…
Vraiment le jeu est très bien conçu. Le système traditionnel pointer cliquer est appliqué ici dans un univers 3D ou vous pouvez vous déplacer en quasi liberté, presque comme ds un jeu de baston ! L'enigme est très riche mais malheureusement très très difficile. Une petite aide est parfois nécessaire. Il vous faudra bien sur interroger tout le monde, relever des empreintes, filer des suspects, recouper les informations issues de documents (cartes, tableaux, textes, statuaire de l'église du village) pour résoudre cette énigme qui fait intervenir tradition chrétienne (templiers, temple de Salomon), alchimie, Francs maçons etc, vampires. Le scénario a été découpé en suite de tranches horaires, il faut en avoir fini une pour passer à la suivante. Cela facilite un peu la progression mais le tout reste corsé, un détail vous bloquant parfois. Côté dialogues et interactions entre les personnages c'est le top. Mosely est amoureux de Grace qui est amoureuse de Gabriel (ça on le savait !) qui est amoureux de Madeline…
Vous avez même droit au couple de lesbiennes qui voyagent pour l'argent du trésor, au gros boeuf américain qui se croit plus fort que tout le monde, à la jolie femme de ménage, au curé, au nobliaux viticulteur… Les dialogues " avé l'assent " sont crédibles. Seul point noir, le jeu étant fait pour tourner sur une petite machine (carte 3D obligatoire quand même) les décors ne sont pas toujours très beaux. Le plus laid, ce sont les cinématiques (mais pourquoi ne pas avoir utilisé le moteur du jeu ? ? ? ? ?). Pourtant les sujets sont bons. La scène du vampire qui lèche Grace, je me la repasse !!!!! (jeu déconseillé aux moins 12 ans !) Ca commence comme GK2, ça fini comme Tomb Raider dans une reconstitution du temple de Salomon avec moult pièges mortels. Courez, courez, achetez vite ce jeu, pour remercier Jane Jensen de nous faire des jeux aussi longs et aussi bons !
Note globale : 10/10
Bénédicte





Gadget
Année: 1998
Développeur: Synergy Inc.
Éditeur: Cryo Interactive
Site officiel: non
Support: pc/mac
Version: Française
Jeu: souris : point & clic
Particularité:

Très curieux jeu... si c'est un jeu! Les énigmes sont tellement faciles, qu'on a l'impression qu'elles servent de prétexte à avancer. L'histoire... et bien, je n'ai pas tout compris... Y a-t-il vraiment une histoire, ou est-ce plutôt une ambiance ? Un bug sur le CD3 m'empêchant en plus de sauvegarder le long de celui-ci, j'ai du le faire d'une traite, jusqu'au CD4. Sans trop de problème d'ailleurs (cf facilité des énigmes). Bon les concepteurs, les dessinateurs sont japonais. Suis-je hermétique à la définition japonaise d'un jeu d'aventure. Peut-être... Bref, un "jeu" inclassable, sauf qu'il est non-violent.
Note globale : 2/10
grelot04




Genesys
Année: 2000
Développeur: Wanadoo
Éditeur: Wanadoo
Site officiel: non
Support: DVD - pc/mac
Version: Française
Jeu: Souris point & clic
Particularité:

Plutôt un documentaire interactif qu'un jeu : on avance dans l'histoire de l'humanité et de ses découvertes, de tableaux en tableaux. Dans certains de ceux-ci, on doit prendre et assembler des objets, objets que l'on peut et doit parfois aller chercher dans la partie documentaire (c'est d'ailleurs le côté le plus difficile du "jeu"). Jeanne Moreau dit le texte, d'une très belle façon à mon goût, et je trouve que c'est même la partie la plus intéressante. A faire quand on a rien à faire!
Note globale : 4/10
grelot04




Gray Matter
Année: 2010
Développeur: Wizarbox
Éditeur: DTP entertainment / Koch Media
Site officiel: oui
Support: DVD - pc
Version: Française
Jeu: Souris point & clic
Particularité:

Rien à voir avec Gabriel Knight, sinon qu'il s'agit de la même scénariste, très appréciée de la communauté des amateurs de jeux d'aventures de ce type. Je n'aime pas ce genre de jeu, mais disons-le tout net : il est probablement très bon.
D'abord une bonne durée de vie : huit chapitres copieux, avec à chaque fois plusieurs"quêtes" à réaliser, certaines étant des missions, comme recruter six étudiants pour participer à une expérience, d'autres louchant vers l'énigme, avec des textes hermétiques dont il faut comprendre le sens. Un scénario qui laissera bien des points dans l'ombre, mais qui est ambitieux, et qui intrigue. Ensuite des décors soignés. Peu nombreux, pas très exotiques, mais soignés. Une héroïne moins convenue que d'habitude : Sam(antha) est un escroc, elle ment comme elle respire et manipule ses contemporains en faisant appel à la psychologie ou en utilisant les techniques d'escamotage chères aux prestidigitateurs. [On est d'ailleurs amené plusieurs fois dans le jeu à réaliser (ou plutôt à "programmer") des tours de magie qui permettront à Sam d'arriver à ses fins. Rien de bien compliqué, il suffit de suivre la recette.] Autre point fort : les dialogues. Pour une fois, ils ne sont pas enfonceurs de portes ouvertes. Ils sont même plutôt judicieux, et adaptés au personnage (je sais, ça a l'air basique, mais c'est rarement le cas). Un Oscar pour David, qui est d'un grognon tout à fait réjouissant.
Donc, si vous aimez les décors réalistes à examiner pixel par pixel, admirer les prouesses techniques (lorsqu'un personnage avance dans une pièce où se trouve un miroir, on voit son reflet dans le miroir !!! Waouh !), vous attacher à un personnage sans rechigner à le voir descendre pour la centième fois le même escalier, ou courir dans une direction pour s'arrêter brusquement et se pencher vers... rien pour ramasser un objet qui se trouve à trois mètres de là... Si tout ça vous amuse au lieu de vous agacer, ce jeu est fait pour vous. Et si comme moi vous aimez les jeux à la première personne, les myst-like, les rhem-like et les énigmes logiques, les labyrinthes et les puzzles (il y en a deux dans le jeu, 4 pièces chacun ^^), empruntez-le ou faites-le-vous offrir. Vous pourriez bien être agréablement surpris. De toute façon il est toujours bon de faire la crème des jeux comme celui-là pour être sûr qu'on n'aime pas le genre.
Je lui donne une bonne note, car, je suis allée jusqu'au bout, sans trop m'ennuyer, et sans regretter de l'avoir acheté. 12/20
Note globale : 12/20 (05/05/11)
Mika




Grim Fandango
Année: 1998
Développeur: Lucas Arts
Éditeur: Lucas Arts
Site officiel: non
Support: pc
Version: Française
Jeu: souris/joystick
Particularité:

Amateurs de polars des années 50 et inconditionnels de Bogart, avec ce jeu de Tim Schafer (auteur du redoutable et incontournable Full Throttle) vous allez être servis. Par contre si vous n'appréciez pas l'humour noir, inutile d'acheter ce jeu particulièrement drôlatique. Manny Calavera (c'est vous) travaille pour une agence de voyages dans un univers assez superficiel ; c'est une sorte de séducteur, un type honnête ; relégué dans un arrière-bureau de l'agence, il découvre par hasard que la dite agence n'est qu'une façade pour une gigantesque escroquerie : elle n'a pour but que de dépouiller de pauvres types et de faire du profit à leur détriment. Et ça, Manny, ça le révolte. Alors il cherche à comprendre et aura pour tâche de découvrir qui tire les ficelles et manipule l'arnaque. Le graphisme est taillé à la serpe (la marque de LucasArts : les Monkey Island sur ce plan n'en sont pas très éloignés); surprenant au début, on s'y habitue et la lumière comme les éclairages sont superbes. La musique est irréprochable : un jazz classique, celui des Count Basie et des Duke : du très bon ! Les énigmes, et j'en suis d'accord avec Alex, sont irrégulières dans leur niveau de difficultés : certaines sont quasiment introuvables (le déplacement du poteau indicateur par exemple), d'autres sont correctes pourun habitué de jeux d'aventure. Mais ne trouvait-on pas ce même type de difficultés dans Full Throttle ! Le jeu ne se joue pas à la souris mais au clavier : moi, j'aime pas trop en général. Honnêtement, je dois reconnaître pourtant que dans Grim Fandango ce n'est pas gênant. Ah j'oubliais, ça se passe au royaume des morts (mais c'est pas morbide pour deux ronds et ça présente un avantage : cherchez lequel ?).
Note globale : 8.5/10
Reardon

Un des meilleurs jeux de tous les temps: l'ambiance est excellente grâce à des graphismes somptueux, les musiques sont toutes excellentes (jazzy) et les voix, même en français, sont geniales. De plus les personnages sont tous tres attachant. Je ne vois que 2 reproches: 1) la maniabilité, qui, bien que de tres bonne qualité, est quelque fois mauvaise (on peut prendre le mauvais chemin) mais ce n'est que peu derangeant. 2)La difficulté. Putain que c'est dur, mais heureusement ce n'est pas toujours dur c'est pas progressif comme dans un jeu d'action). En bref, Grim Fandango est un excellent jeu (et dont l'histoire ne vise pas un public de moins de 8 ans ), mais pour en profiter pleinement, gardez la soluce à portée de la main.
Note globale : 7/10 sans solution, 9/10 avec.
Alex

Manuel « Manny » Calavera est agent de voyages au pays des Morts et il aide les personnes récemment décédées à partir pour le Neuvième Monde, en leur choisissant le moyen de transport le plus adapté par rapport aux bonnes actions (s’il y en a) que ceux-ci ont effectué de leur vivant. Lui ne peut pas les rejoindre pour l’instant, il doit régler sa dette à la société auparavant, et il s’attache en bon commercial à attirer les meilleurs clients qui lui permettront de partir plus rapidement. Or, c’est là qu’est le hic. Depuis quelques temps, il ne se voit proposer que de petits escrocs minables, au lieu des saints escomptés. Son talent pour les affaires ne pouvant être remis en cause (il est le roi de l’ascension sociale ultrarapide), c’est que forcément il y a une magouille là-dessous. C’est en piquant une cliente à son rival de travail bizarrement très chanceux - cliente dont il tombe éperdument amoureux -, qu’il va comprendre toute la supercherie, aidé en cela par un mystérieux révolutionnaire clandestin. L’objectif de Manny sera donc de retrouver sa cliente, Méché, pour l’aider à atteindre le Neuvième Monde sans encombres car la pauvre a dû partir à pied, et déjouer l’escroquerie aux billets du « Neuf Express » mise en place par ses patrons et collègues. Il sera secondé dans sa quête par son chauffeur, Glottis, un démon sympathique aux proportions énormes, hormis la cervelle. Voici le décor planté.
Venons-en vite fait aux quelques défauts du jeu : certaines énigmes, 3 ou 4 pas plus, sont très difficiles (dont celle du coffre), le déplacement du héros est chaotique, car non seulement on ne peut pas utiliser la souris, mais de plus on ne peut pas paramétrer les touches du clavier ou les boutons du joystick. Enfin, il y a quelques bugs sous XP, mais il est vrai que le jeu est assez ancien.
Mais pour le reste, quel régal ! Graphismes magnifiques pour un jeu datant de 6 ans, musiques d’ambiance jazzy légères ou folklore sud-américain excellentes, voix des personnages géniales, dont celle de Manny, un accent de mafioso mexicain qui colle parfaitement à son style de séducteur de pacotille, histoire très originale, énigmes bien insérées dans le contexte, durée de vie très longue, humour noir omniprésent (exemple les expressions : « j’ai passé les pires vacances de toute ma mort » ou encore « il va me faire les os »), ce jeu mérite quasiment tous les superlatifs ! Grim Fandango est de la même veine que Monkey Island 3, la maniabilité en moins. Il mérite d’entrer au panthéon des jeux d’aventure !
Note globale : 17,5/20
jppkeyser







Copyright © 2001-2017 atlantisamerzoneetcie.com. Tous Droits Réservés.