Acheter au Québec



Reflexion sur les jeux d'aventure par Reardon

Les jeux d’aventure *


Le terme de jeux d’aventure recouvre plusieurs catégories de jeux qui n’ont en commun que le nom. Sous ce terme, une première distinction peut s’établir entre jeux d’aventure réflexion et jeux d’aventure action, souvent jeux de combats ou de poursuite parsemant une histoire (rarement une intrigue) plus ou moins bien construite.
Comme le remarque Manu 2000, cette seconde rubrique, pourrait être partitionnée ainsi : jeux d’aventure action (Baphomet 3, Nomad Soul, la Machine à voyager dans le temps …), jeux d’action aventure (Maffia, Frankenstein …) et jeux d’action plateforme aventure (Tomb Raider …), mais comme tel n’est pas mon centre d’intérêt, je ne poursuivrai pas plus loin cette analyse.

Les jeux d’aventure réflexion

J’en distinguerai trois catégories selon deux critères : les énigmes et le scénario.
- les jeux de puzzles
- les myst-like
- les jeux d’enquêtes
Dans la première, les jeux de puzzles, les énigmes sont prépondérantes sur le scénario ; dans la dernière, les jeux d’enquête, c’est exactement l’inverse.

1 – les jeux de puzzles

Nombre de puristes ne les considèrent pas comme des jeux d’aventure à proprement parler. Cependant force est de constater qu’ils touchent le même public et comme fréquemment la frontière qui les sépare n’est pas d’une rigidité extrême, je ne vois pas la nécessité d’en faire un genre à part. Dans les jeux de puzzle, les énigmes multipliées prennent la plupart du temps la forme d’une suite de mini- jeux. Certains de ces puzzles doivent être résolus dans un temps donné : si le joueur échoue, il se trouve confronté à un game over. Dans ce contexte, l’inventaire n’est pas très important. Le scénario n’est qu’un support souvent prétexte ; certains en possèdent un plus ou moins intéressant : The Daedalus Encounter ; Journeyman Project ; d’autres n’en ont qu’une esquisse : Nine the Last Resort. Le critère de linéarité n’est pas non plus pris en compte dans cette catégorie sauf quand le jeu est conçu comme une progression à travers des énigmes de plus en plus complexes. Le personnage est mobile ou à la première personne et n’est pas à l’abri du game over. Il fait peu de rencontres et par conséquent les dialogues sont très souvent absents.
Quelques jeux relevant de cette catégorie :
The 7th GUEST ; THE DAEDALUS ENCOUNTER ; JOURNEYMAN PROJECT (les trois) ; NINE, the Last Ressort ; JEWELS OF THE ORACLE ; SHIVERS …

Remarque : Si l’on considère que le jeu d’aventure repose a priori sur une histoire ou un imaginaire, les jeux de puzzle n’entrent plus alors dans cette catégorie. Mais dans ce cas, de leur liste indicative, il faudrait retirer The Journeyman Project 1 pour lequel Lochness remarque que l’histoire est fondamentale.

2 – les myst-like

Dans cette catégorie de jeux, le joueur pénètre dans un monde virtuel régit par ses règles propres qu’il doit découvrir (langage, numération…). Le scénario ici encore n’est qu’un prétexte en face de la prépondérante interface graphique. Cependant contrairement aux précédents, énigmes ou puzzles sont liés à l’environnement, ancrés dans celui-ci et de celui-ci dépendants. Si la linéarité n’est pas prise en compte dans ce type de jeux, le fatal game over existe bel et bien dans Myst, Riven, Exile, realMyst et Crystal Key comme le remarque pertinemment Mysto. Dans Uru, par contre, il n’est pas de réelle fin de partie puisque, si échec il y a, le double virtuel du joueur renaît dans sa base, le Relto, sans pratiquement de pertes d’information. A l’instar des jeux de puzzle, le personnage est souvent à la première personne, ce qui signifie qu’on ne le voit pas puisque le joueur l’incarne, mais Schizm qui est bel et bien un myst-like fait intervenir deux personnes. Ce personnage ne fait que peu de rencontres et les dialogues sont pratiquement absents. Les comédiens virtuels pourtant peuvent se lancer dans des monologues explicatifs ou justificatifs, rarement inducteurs. L’inventaire souvent se réduit à sa plus simple expression en face d’une multiplication de codes à décrypter. En revanche, de nombreux poussoirs, leviers, manettes, manivelles, boutons, optiques, vannes, engrenages, pistons, robinets … commandent une machinerie parfois complexe. Tout est déjà agencé : il ne reste au joueur qu’à faire fonctionner ces mécanismes.
Quelques jeux relevant de cette catégorie :
MYST ; RIVEN, The Sequel of Myst ; MYST III : EXILE ; REAL MYST ; URU, Ages beyond Myst ; RHEM ; SCHIZM ; REAH ; MORPHEUS ; RIDDLE OF THE SPHINX ; THE OMEGA STONE ; THE CRYSTAL KEY ; TIMELAPSE ; RAMA ; CYDONIA ; LES MYSTERES DE LOUXOR ; CHEMICUS, PHYSIKUS et BIOSCOPIA ; LIGHTHOUSE …

Ces deux premières catégories ont en commun la résolution d’énigmes souvent (très) complexes qui s’appuient aussi bien sur des propriétés mathématiques, physiques, scientifiques en général que sur l’écoute, les couleurs, les graphies ou les formes et dont le décryptage appartient soit à la réalité, soit à des codages internes au jeu.

3 – les jeux d’enquêtes

L’objectif du joueur ici est de résoudre par le biais d’un personnage 1 la plupart du temps mobile, un mystère à travers une enquête (ou une quête) souvent traditionnelle, voir conventionnelle. Celle-ci s’organise autour d’un thème : policier, humoristique, fantastique … ou même loufoque. La progression, l’avancement de l’enquête s’effectuera soit par un questionnement des personnages rencontrés, soit par la récolte d’indices. Ce qui entraîne plusieurs conséquences :
- le scénario devient une priorité et s’organise de façon textuelle ;
- les rencontres et les dialogues sont indispensables ;
- l’inventaire pour des raisons identiques est tout autant important.
La linéarité est souvent de mise, le joueur ne pouvant avancer dans le jeu que s’il a obtenu un certain nombre de réponses ou récupéré (parfois combiné) certains objets. Cette procédure implique le recours pratiquement inévitable au point-n-click. Dans les jeux d’enquête, le joueur a à affronter des périls, naturels, surnaturels ou humains et s’expose à un game over qui le fait repartir de sa précédente sauvegarde ; autrement dit, les informations accumulées depuis celle-ci sont perdues. Cette catégorie de jeux établit ainsi la liaison entre jeux d’aventure réflexion et jeux d’aventure action.

1 Le couple comme enquêteurs est présent dans les triptyques suivants : les Chevaliers de Baphomet et Gabriel Knight. Le recours à l’action dans ces deux séries arrivait jusqu’à présent seulement en fin de jeu. Le Manuscrit de Voynich (Baphomet III) en fait l’une de ses constantes. Est-ce encore un jeu d’aventure réflexion ?
Quelques jeux relevant de cette catégorie :

Atlantis, L'Amerzone, Zork Grand Inquisiteur, Zork Nemesis (scénario solide, rebondissements, mais aussi énigmes ‘mystiennes’), Titanic, Grim Fandango, Discworld (noir), Tex Murphy, The Black Mirror, Tony Tough, Runaway, Gabriel Knight, The Black Dahlia, les Chevaliers de Baphomet, Post Mortem, Shadow of Memories, Monkey Island, Leisure Suit Larry, Road to India …

La série des Atlantis (et Atlantis II en particulier) ainsi que Zork Nemesis sont des jeux hybrides oscillant entre le jeu d’enquête et le myst-like (énigmes apparentées à celles de Myst, langage et numération à décrypter, énigmes sonores ou graphiques) tandis que Timelapse, Morpheus, Physikus ou encore Reah dont les gameplays relèvent incontestablement de myst-like se rapprochent par bien des côtés de jeux de puzzles : sans les énigmes, ils perdent de leur consistance. In Memoriam tient une place particulière puisque ce jeu d’enquêtes construit comme une webquest (voir cet article) est très largement entrecoupé de jeux d’arcades ou autres.

Comme me l’ont fait remarquer Lochness et Manu2000, des jeux jugés inclassables comme Faust, Ring ou the Longest Journey appartiendraient peut-être tout simplement à la grande famille des jeux … d’aventure.

Je suis bien conscient des limites qu’une telle classification peut présenter : nombre de jeux d’aventure réflexion chevauchent en effet ces catégories. J’ai simplement voulu clarifier un peu ce domaine et j’espère n’être pas tombé dans une schématisation abusive.

Reardon, janvier 2004

* Merci à Mysto (ETAJV), Anneso (Planète Aventure), Grelot04 (AAetCie), JPPKeyser (AAetCie), Manu2000 (AAetCie), Mika (AAetCie), Carole2003 (AAetCie) et Lochness (ETAJV) pour leurs pertinentes contributions.


Autres dossiers de Reardon à voir:
Dossiers de Reardon et autres dossiers

L'ensemble de mes articles est à la disposition de tous. Si cependant, vous souhaitez vous en inspirer pour étayer vos propres recherches, soyez assez aimables de m'en informer.







Copyright © 2001-2017 atlantisamerzoneetcie.com. Tous Droits Réservés.